Histoire

Un vignoble, le Mâconnais, un village, Davayé


Les familles Collovray & Terrier sont installées à Davayé, village situé aux confins des roches de Solutré et de Vergisson, à proximité de Solutré-Pouilly et de Fuissé. Une terre favorable à l'émergence de grands vins de caractère. Ils résultent d'une alchimie entre la minéralité de ces terroirs, les prédispositions d'un cépage et la générosité du climat.


Collovray : l'ancêtre


L'aventure commence donc à Davayé en 1928. Dans ce petit village du sud de la Bourgogne, à quelques kilomètres à l'ouest de Mâcon, s'est installé Joanny Collovray, l'ancêtre. A l'époque, la viticulture n'est pas une affaire aussi prestigieuse qu'aujourd'hui. Joanny Collovray possède une exploitation agricole traditionnelle, alliant production de fromages de chèvres, polyculture et vignes. A proximité des éperons calcaires de Solutré et de Vergisson, ses vignes, bien exposées, sont cependant déjà connues des hommes du cru pour faire naître des raisins bien mûrs. En simple métayer, il vinifie le vin chez les propriétaires et des négociants se chargent de la commercialisation. Pourtant dès 1940, il est cité dans la presse spécialisée pour son travail de qualité.


En 1956, son fils Henri lui succède. Il a travaillé aux côtés de son père, toujours en polyculture et élevage. A l'époque, ce n'est pas le vin mais les fromages de chèvre qui assurent l'essentiel des revenus de la famille. Il développe cependant l'oeuvre de Joanny en faisant l'acquisition de quelques parcelles qu'il plante en « Macon-Davayé ». Christian, le fils d'Henri, commence à travailler les vignes à l'âge de 16 ans. Possédant un petit bagage d'études, il abandonne les bêtes pour se consacrer entièrement à la vigne.


Terrier : c'est en forgeant qu'on devient vigneron


La famille Terrier ne revendique pas de lointaines racines vigneronnes. Toutefois, elle a toujours été associée aux travaux des vignerons puisque Léon Terrier était le forgeron du village de Davayé. On peut donc supposer qu'il forgeait les fers de charrue d'Henri Collovray et ferrait ses chevaux de trait. Baigné dans cette ambiance, Jean-Luc Terrier, le fils, entreprend des études agricoles et décide de se consacrer à la vigne. Sur sa route, il a croisé un voisin, ami d'enfance, Christian Collovray...



Le vignoble du Mâconnais a colonisé le relief du sud bourguignon - combinaison entre la rondeur des collines et les abrupts des roches calcaires - créant nombre d'orientations et de micro-terroirs.


Pauvre et caillouteux, ce terrain est favorable à la culture de la vigne, une plante qui aime à s'enraciner profondément et à souffrir un peu pour produire des raisins de qualité. Les sols se caractérisent par leur nature argilo-calcaire de type callovien (dernier étage du Jurassique moyen qui remonte à 160 millions d'années environ) et regorgent de fossiles.


La situation, les pentes et le climat permettent aussi aux sols de se réchauffer rapidement et de sécher facilement après les pluies, assurant une juste alimentation en eau de la vigne. Le cépage chardonnay, s'y plaît particulièrement. Sa réputation a fait le tour du monde. Le Mâconnais peut s'enorgueillir de lui avoir probablement donné naissance : son nom même pourrait se rattacher à un village du vignoble, dénommé précisément Chardonnay. Il assure au vin de la région sa finesse aromatique et sa gourmandise en bouche.


Tout cela est le fruit d'une longue histoire. Le vignoble du Mâconnais revendique une origine gallo-romaine remontant au IIIème siècle de notre ère. La qualité des terroirs a été reconnue par les moines et les amateurs, avant que le système des appellations d'origine contrôlée (AOC) ne leur assure une notoriété de part le monde.


Le développement du vignoble, comme partout en Bourgogne, a été porté par les ordres monastiques. Ici les moines de l'abbaye de Cluny ont oeuvré dès le XIème siècle. Cependant la reconnaissance nationale est venue au XVIIème siècle, quand Louis XIV adopta des vins du Mâconnais à la cour. L'organisation du vignoble telle que nous la connaissons aujourd'hui remonte au développement du système des AOC.


Si la désormais célèbre appellation Pouilly-Fuissé a vu le jour dès 1936, sa jeune consoeur de Saint-Véran a été adoubée en 1971. Deux appellations, en particulier Saint-Véran, que les familles Collovray & Terrier excellent à sublimer.

Mentions légales

SARL C. Collovray & J-L Terrier

181, Route de Mâcon - 71960 Davayé

Tél : +33 (0)3 85 35 86 51

info@collovrayterrier.com


Vins de Bourgogne : Saint-Véran, Pouilly-Fuissé, Mâcon Villages, Meursault, Viré-Cléssé, Chardonnay


Vins de Languedoc : Limoux, Vins de Pays d'Oc, Chardonnay


Directeur de publication : Kévin Tessieux


Hébergement

Vinium Luxury Webdesign - 3, rue des Corton 21420 Aloxe-Corton

contact@vinium.com - www.vinium.com